Découvrir

Névache et ses hameaux

Névache est petit village authentique des Hautes-Alpes peuplé d'environ 350 habitants permanents et s’étendant sur plus de 19 000 hectares composés de sept hameaux (Le Roubion, Sallée, Fortville, Le Cros, Ville-Basse et Ville-Haute). Sans oublier la vallée Étroite, petite enclave française côté italien et la Haute Vallée qui vous mènera aux sources de la Clarée.
-> Découvrez l’association du Patrimoine de Névache

Plampinet

« Le Plat boisé de pins »
Ce hameau dont la construction en rond et proche de la route facilitait la vie des habitants l’hiver en limitant les déplacements. Autour du four banal, utilisé autrefois pour deux grandes fournées annuelles, et qui accueille encore aujourd'hui la fête du pain, vous trouverez l'église, la chapelle mais aussi les moulins, la forge et l'école du début du XXème siècle.

Lire la suite

C'est avec Ville-Haute le plus vieux village de la vallée avec une quarantaine de maisons, datant principalement du XIIIème siècle.

« Plan-pinet » possède deux sites religieux classés : la chapelle Notre-Dame des Grâces de 1450 et l'église Saint-Sébastien de 1510, édifiées chacune dans le style roman et présentant de magnifiques peintures murales. Des visites guidées ont lieu l’été et vous permettent de découvrir le charme de ces édifices.

De nombreuses randonnées sont possibles au départ du hameau.
Pour une balade tranquille, au cœur de la forêt, empruntez le chemin le long de la rivière vers l’aval jusqu’à Val-des-Près ou en amont jusqu’au hameau du Roubion.
Pour des randonnées plus sportives et des panoramas grandioses, découvrez les chalets ou le col des Acles, la pointe de Pécé, le tour du Guion, et le fort de l'Olive, édifice militaire datant de la Première Guerre mondiale.

Pamplinet
Entre Roubion et Ville-Haute

« Le Robion », blotti autour de la chapelle Saint-Hippolyte était le village d'origine de Névache, encore habité au XIXème siècle. À l'époque, les crues du torrent furent sans doute la cause du déplacement des habitants vers Ville-Haute. Le hameau actuel de Roubion est aujourd'hui le plus moderne.

Lire la suite

En continuant à avancer dans le village, vous découvrirez les hameaux de Sallé, Fortville et du Cros, chacun se distinguant par sa chapelle et son saint protecteur.

À l'entrée de Ville-Basse, la chapelle Saint-Jean-Baptiste, restaurée en 1972 avoisine la charmante place de « l'arbre de la Liberté » planté pour le bicentenaire de la révolution. Un imposant bloc de pierre témoigne de l'ancienne carrière de marbre vert située plus au nord.

Ville-Haute, à 1 600 m d'altitude, s'ouvre sur l'ancienne école. Au cœur du village piéton, vous trouverez un des plus beaux fleurons du patrimoine historique : l'église Saint-Marcellin édifiée en 1490 sous Charles VIII. Poussez les incroyables portes de bois sculptées pour découvrir les fresques religieuses du XVème siècle, exceptionnellement conservées. Vous pourrez aussi admirer 4 cadrans solaires anciens et le cadran solaire de l’ancienne école.

Pour découvrir de façon plaisante et instructive tous ces hameaux et leur histoire, suivez le parcours thématique « De Marcellin à Hippolyte » jalonné de bornes explicatives illustrées (plan disponible à l’Office du Tourisme).

Entre Roubion et Ville-Haute
L’histoire de Névache au travers des siècles

À la fin du XVIIIème siècle, la commune compte cinq écoles et plusieurs instituteurs qui accueillent les petits Névachais durant l’hiver. Les beaux jours sont consacrés aux travaux de la terre et à la garde des troupeaux. Naguère, le vieux village du « Robion » constituait le centre du pays. Un incendie ravageur en 1736 et les crues régulièrement dévastatrices eurent raison des derniers habitants qui se déplacèrent vers les autres hameaux.

Lire la suite

Au début du XXème siècle l’avènement du tourisme apporte un nouvel élan économique. Ainsi, en 1930, deux structures d’accueil voient le jour : « le Grand Hôtel de Névache » à Ville-Basse et la pension « Les Sapinettes » au quartier du Château. Les commerces et services sont alors florissants. On trouve à Névache, une épicerie, une mercerie, une quincaillerie, un bureau de tabac, un bureau des P.T.T, la gendarmerie et même une société coopérative d’alimentation. Le principal commerce reste pourtant celui du « mouton » aux foires de Névache, de Briançon ou de Guillestre. Le bois, le beurre, le lait et les peaux s’exportent vers les pays voisins.

Baignés de ces influences frontalières mais forts de leur identité, les Névachais se retrouvent autour de la préservation de leur espace naturel et patrimonial.

On peut aujourd’hui trouver des traces dans nos villages des canaux d’irrigation qui arrosaient les cultures. Des fours à pains devenus boulangerie et bien sur de nombreux bachas qui distribuaient aux villageois une eau limpide et fraîche avant l’arrivée de l’eau courante.

Les habitants de Névache au travers des siècles

Groupes / Pro

Groupes / Pro

Sur les réseaux sociaux

Newsletter

Suivez nous
facebook twitter youtube instagram
Partagez